Allemand

Les échanges franco-allemands : témoignage

Par SABINE CORTEEL BRUNEAU, publié le mardi 2 septembre 2014 15:13 - Mis à jour le jeudi 7 décembre 2017 23:09
sauzay_2013.jpg
D'anciennes élèves du collège Le Cèdre sont parties 3 mois en Allemagne, elles témoignent.

En plus des échanges scolaires classiques entre groupes d'élèves, il existe des programmes d'échanges individuels franco-allemands de moyenne durée, encadrés par l'Éducation Nationale dans les deux pays.

Le programme « Brigitte Sauzay », par exemple, permet à des élèves d'au moins 14 ans, apprenant l'allemand depuis au moins deux ans, d'aller à l'école et de vivre chez un correspondant en Allemagne pendant 2 à 3 mois.
Comme dans tout échange, il reçoit aussi un correspondant pour la même durée et celui-ci l'accompagne en classe. Le séjour dans le pays étranger se fait généralement à cheval sur le temps scolaire et les vacances, mais il y a un minimum de semaines sur temps scolaire à respecter.

En 2013, Charlotte et Juliette, deux élèves du collège Le Cèdre, ont participé au programme « Brigitte Sauzay ». Elles ont d'abord accueilli leurs correspondantes sur la fin de leur année de 4ème, puis sont parties vivre 10 semaines en Allemagne au début de leur année de 3ème. Elles ont obtenu l'Abibac en juillet 2017. Elles témoignent ci-dessous en répondant à quelques questions :


Pourquoi et comment avez-vous eu l'idée de faire un échange Sauzay ?

Juliette : Au début on voulait faire un échange, mais on ne savait pas de quelle durée il pourrait être et comment il s'organiserait. C'est Madame Corteel qui nous a parlé de l'échange Sauzay et qui nous a expliqué comment il fonctionnait.
Charlotte : J'ai eu l'idée de faire un échange Sauzay, car je voulais rentrer dans la section Abibac (certaines matières sont en allemand) du lycée Flaubert de Rouen et que la section Euro allemand du collège avait été supprimée.

Comment avez-vous trouvé et choisi vos correspondantes ?

Charlotte : Nous avons pu trouver nos correspondantes grâce au site de l'OFAJ. Ce site est franco-allemand et nous a beaucoup aidé pour le choix des partenaires, puisqu'on peut voir un profil des personnes. Il suffit de mettre une annonce.
Juliette : Il y a un site " Echange Sauzay" et dans ce site il y a une page où on peut publier une annonce pour chercher un correspondant. On se décrit, on décrit sa famille et on dit si on recherche un ou une corres' et pour combien de temps. Pour nous c'est Klara et Pauline qui nous ont envoyé un mail en nous disant qu'elles étaient intéressées. Après nous avons choisi qui voulait être avec qui.

Comment se sont passés les premiers échanges à distance ?

Juliette : C'était un peu bizarre pour moi d'écrire en allemand en me disant que pour 8 semaines une fille allemande allait venir chez moi. Comme on ne se voyait pas, j'avais du mal à imaginer qu'on allait passer en tout 18 semaines ensemble. C'était un peu galère d'écrire les mails en allemand mais c'était rassurant de voir que son français n'était pas mieux, même si elle écrivait mieux que moi je n'écrivais allemand.
Charlotte : Au début avec Klara (ma correspondante), nous nous sommes envoyé des mails. Mais il a été plus simple, ensuite, de se parler via Facebook ou Skype.

Comment s'est passée la première rencontre ?

Charlotte : C'était un peu surprenant de se dire qu'on allait vivre ensemble pendant deux mois. En fait, après dix minutes on parlait déjà ensemble et on rigolait quand je lui montrais des choses qu'il n'y avait pas en Allemagne, etc. Le soir, nous sommes allés chez Juliette pour rencontrer Pauline, sa correspondante, le fait d'être toutes les quatre était très agréable.
Juliette : Le jour où Klara et Pauline sont arrivées, on était tout excitées. La première fois que j'ai vu Pauline, c'était un peu bizarre parce qu'on était toutes les deux gênées. On allait passer 8 semaines ensemble en France et on ne s'était jamais vues en vrai. Pour le repas du soir Charlotte et Klara sont arrivées. On a beaucoup parlé toutes les quatre et c'était super parce qu'on parlait film, musique, collège aussi. Dès qu'on a commencé à parler, on ne s'est plus arrêtées.

Comment s'est passé le séjour des correspondantes en France ?

Charlotte : Bien, j'espère ! Avec Klara on allait souvent le mercredi dans Rouen et le week-end on essayait de sortir le plus souvent pour se balader (Étretat, etc.) mais on a aussi fait des sorties avec la famille de Juliette, par exemple : Versailles, Clère ou le Mont-Saint-Michel. Je sais que le rythme a été dur à suivre au départ, mais elle s'est bien habituée. La barrière de la langue n'a pas été trop dure puisqu'elle apprenait très vite les phrases de la vie courante.
Juliette : Pendant leur séjour on a fait beaucoup de visites et pendant que je montrais mon collège à Pauline, j'avais hâte de voir le sien. Pendant le week-end, on lui faisait manger des spécialités normandes et en semaine on regardait des films en français. On a presque jamais parlé allemand et de toute façon elle parlait français bien mieux que je ne parlais allemand, donc ça n'aurait servi à rien... quand on arrivait à la fin du séjour je me demandais quand-même si ce ne serait pas super dur de parler toujours allemand et si on s'habituerait vite. Leur séjour s'est super bien passé et on a commencé à vraiment se rapprocher. Au début, on était des "correspondantes" et à la fin, on était plus que des amies.

Comment s'est passé votre séjour en Allemagne ?

Charlotte : Super ! C'est un peu une aventure au départ, il faut réapprendre un mode de vie. Mais après une ou deux semaines, ça va. Le cap le plus dur c'est la barre des deux semaines sans sa famille, cependant, on crée des liens très fort avec la famille de son correspondant, on fait partie de sa famille et il fait partie de la nôtre. Avec Klara, j'ai pu visiter Berlin, Hambourg, Francfort-sur-le-Main et faire du bateau près de l'île de Rügen. Pour aller au Gymnasium (collège + lycée), on y allait à vélo, c'est très répandu en Allemagne ! J'aimais beaucoup faire du vélo le matin ! Le voyage reste inoubliable et j'en reparle très souvent avec elle.
Juliette : Le séjour en Allemagne est un souvenir inoubliable, autant avec Pauline qu'avec Charlotte. Découvrir le monde de Pauline, c'était super, parce que je comprenais mieux les différences à l'école mais aussi dans la vie de tous les jours. Et puis on était dans une deuxième famille avec des attentes différentes. C'était dépaysant. Au début c'était très dur pour moi, on était en août et je me disais que je ne reverrai mes parents que fin octobre. Mais petit à petit (et ça n'a pas pris longtemps) ça a été mieux. Maintenant quand j'y repense je me souviens de supers moments où avec Charlotte on était toutes seules dans une ville, ou quand avec Pauline on parlait de tout, ou même quand le petit frère de Pauline me parlait et que je ne comprenais pas. C'était super.

Vous étiez-vous revues entre les deux séjours ?

Juliette : On ne s'était pas revues entre les deux séjours. Il n'y avait que quatre semaines de battement et c'était pendant les grandes vacances.
Charlotte : J'ai revu Klara pendant les vacances qu'elle a passées en France et notamment sur l'île d'Oléron où j'étais aussi. On a passé une journée ensemble à la mer avec son père et sa sœur.

Êtes-vous toujours en contact avec vos correspondantes ?

Charlotte : Oui et non... Je peux lui envoyer des mails ou des messages, mais elle me répond environ un mois après car elle est en Inde pour un an. Mais je resterai toujours en contact avec elle, c'est sûr ! On est de la même famille maintenant !
Juliette : Pendant les vacances de Pâques, je suis allée une semaine chez Pauline. Ça m'a permis de retourner dans son collège et de retrouver les filles de sa classe. Et Pauline est arrivée avec ses parents et son petit frère en août. Pauline est restée deux semaines à la maison et ses parents ont visité la France. Et sinon on s'envoie des mails.

Conseilleriez-vous ce type d'échange à d'autres élèves ? Pourquoi ?

Juliette : Oui je conseillerais ce type d'échange à d'autres élèves parce que c'est un souvenir inoubliable. En plus, ça permet de vivre dans un autre pays et de découvrir que tout le monde ne vit pas comme nous. En plus, passer autant de temps sans ses parents, ça permet de mieux comprendre notre chance ou aussi de se dire que parfois on aimerait qu'ils soient là. C'est vraiment une bonne expérience qu'il faut vivre si on en a la possibilité. :)
Charlotte : Je le conseillerais volontiers à une personne si elle veut découvrir le mode de vie allemand ou se lancer dans une aventure. Une chose est sûre, c'est qu'il faut vraiment vouloir le faire, mais une fois commencé, c'est vraiment super ! Moi, j'ai appris à être plus ouverte à d'autres modes de vie que le mien et j'ai beaucoup aimé ça !


Liens utiles :

- présentation du programme Sauzay sur le site de l'Office Franco-Allemand pour la Jeunesse

- les « petites annonces » sur le site de l'OFAJ
 

Pièces jointes
Commentaires

Aucun commentaire